Les tailles optiques : qui sont-elles et pourquoi sont-elles si importantes ?

Du texte d’accroche publicitaire sur une grande affiche aux textes minuscules de nos smartphones.
Topic
Designers

Helvetica® Now, la nouvelle création du Studio Monotype, propose trois tailles optiques - Micro, Text et Display -, destinées à optimiser la lisibilité pour un éventail d’utilisations. Les tailles optiques font depuis longtemps partie de la boîte à outil des typographes - un standard, même, au temps du plomb -, mais dans les deux premières décennies de la typographie numérique, elles ont été oubliées. Ce n’est donc pas étonnant si, même pour certains graphistes, cette technique pourtant avantageuse est devenue inconnue.

Créer un design pour chaque contexte

Les « tailles optiques » désignent une pratique qui consiste à créer différentes versions d’une police en tenant compte de l’endroit où elle sera utilisée et de quelle manière. En effet, on discerne Helvetica différemment selon qu’elle apparaisse sur un panneau d’affichage, sur un smartphone ou dans la colonne d’un journal. La taille optique d’une police de caractères tient compte de ces divers contextes et compense les différences de perception avec, par exemple, des nuances dans la forme des caractères ou leur espacement pour adapter leur style et leur lisibilité. La pratique actuelle courante consiste à créer une police à une taille optimale et à espérer qu’elle fonctionne dans toutes les tailles, mais les designs de caractères à taille unique (ou single-master) ignorent ces nuances.

Helvetica Now optical sizes

Les dimensions optiques de l’Helvetia lui permettent désormais d’onduler sans faille dans toute une série d’applications, depuis les grands textes d’affichage accrocheurs jusqu’aux micro caractères hyper-lisibles.

À la réédition de Walbaum, une famille de type classique avec serif, pour l’ère numérique, le directeur typographe de Monotype Charles Nix fit une comparaison : « Imaginez si nous avions défini l’enfant de 10 ans comme la forme humaine parfaite - et qu’au lieu d’avoir leurs propres morphologies, les bébés en seraient des miniatures et les adultes des grossissements. Heureusement, les bébés ne sont pas les miniatures d’enfants de 10 ans et c’est pourquoi un caractère de 5 points ne devrait pas être une réduction d’un caractère de 12 points. »

Avant l’époque des ordinateurs, les typographes adaptaient leurs dessins à chaque taille typographique pour préserver le style et la lisibilité de la gamme entière. Les petites tailles nécessitaient un espacement plus important entre les caractères et des ouvertures de lettres plus grandes pour améliorer la lisibilité. À l’inverse, les grandes tailles bénéficiaient de raffinements tels qu’un plus grand contraste des traits et des détails plus élégants. Mais quand les typographies furent digitalisées pour les ordinateurs et les designs single-master, l’approche de la taille unique devint la norme.

Qu’est-ce qui est normal ?

À présent, sachant qu’une taille unique ne peut s’adapter à tout, les fonderies créent et restaurent numériquement de nouvelles polices de caractères, avec des optimisations spécifiques à la taille pour maintenir l’intégrité du design.

Par contre, il faut d’abord s’attaquer à certains éléments clés du design, l’approche du design des tailles optiques étant à la fois un art et une science, selon Nix.

« Cela nécessite une sensibilité artistique envers la nature des formes et les interstices », dit-il. « Mais les améliorations sont conduites par l’observation, les hypothèses et l’expérimentation. Il faut étudier, tester et peaufiner - le processus design répétitif standard. »

Pour Nix, il y a toujours une question au départ :  « Qu’est-ce qui est normal ? Je me le demande à chaque nouveau design de police avec des tailles optiques. Ça sonne comme une crise existentielle mais les designs de très petites tailles doivent produire le même effet que des tailles de texte normales. Et les designs pour des tailles plus grandes doivent s’affiner à la normale lorsqu’elles passent l’examen d’un gros plan. Qu’est-ce qui est normal ? C’est l’essence de ce que le design essaie d’atteindre - sa philosophie. »

 
Qu’est-ce qui est normal ? C’est l’essence de ce que le design essaie d’atteindre - sa philosophie, selon Nix.

En réinventant Helvetica, une famille créée il y a plus de 60 ans, l’équipe Monotype est restée fidèle à son intention de départ : une police qui propose la clarté, la simplicité et la neutralité. Le résultat, Helvetica Now, est une Helvetica adaptée aux besoins d’aujourd’hui. Composée de 48 polices de caractères en trois tailles optiques - Display, Text et Micro -, la famille excelle dans les environnements haute et basse résolution et, selon Nix, fonctionne «sans faille dans toute la gamme des applications design - du texte d’accroche publicitaire sur une grande affiche aux textes minuscules de nos smartphones.»

Les grandes tailles Display, de 14 points et supérieures, sont soigneusement dessinées pour mettre en valeur les subtilités d’Helvetica et espacées en considération des grands titres. Les tailles standard Text, de 8 à 12 points, sont pensées pour répondre aux exigences de lisibilité de quantité de textes. Les traits sont robustes, le contraste réduit et les espacements aérés, ce qui mène à une lecture agréable. La gamme de graisses offre une belle palette pour s’adapter à des environnements remplis d’informations.

La Micro, de 3 à 7 points, est parfaite pour les textes en petits caractères aussi bien sur papier que pour les petits écrans. Les formes sont simplifiées et exagérées pour conserver l’intégrité d’Helvetica ; l’espacement est intentionnellement généreux - un ingrédient essentiel pour des micro-textes facilement lisibles.

Pourquoi c’est important pour les marques

Les tailles optiques procurent une meilleure expérience utilisateur, facilitent la lecture et la compréhension, et veillent à plus de polyvalence, accessibilité et flexibilité. Cela permet aux marques de communiquer rapidement et efficacement avec leur public dans une gamme illimitée de médias sans dégrader leur identité visuelle.

Du poster aux expériences in-app, le style et la lisibilité sont décisifs. Dans un contexte de concurrence intensive, les messages de marque doivent fonctionner de manière irréprochable. Chaque obstacle à la lisibilité, chaque bavure de style est un signe qui parle contre la marque. Les tailles optiques ne sont pas seulement plus efficaces, elles ont aussi meilleure apparence.

Pour essayer Helvetica Now maintenant ou télécharger une police de caractères gratuite, vous pouvez vous rendre sur la page de Helvetica Now.

L’équipe Studio.

Charles Nix.

Charles Nix

Charles Nix, designer, typographe et conférencier, est actuellement directeur typographe chez Monotype Studio. Il a créé pour la bibliothèque Monotype le design d’un certain nombre de polices de caractères populaires, dont Walbaum et Hope Sans, qui ont reçu un « Certificat d’excellence typographique » lors du 22e concours annuel de design typographique Type Directors Club. Il a également réalisé des polices personnalisées pour Google Noto, Progressive Insurance et le Philadelphia Museum of Art.