Comprendre les NFT et leur impact sur le secteur de la typographie

À mesure que les NFT s’imposent, quel potentiel représentent-ils pour la typographie en tant qu’activité commerciale et forme d’art ?

Le concept de jetons non fongibles, ou NFT, a fait son entrée dans le grand public en février 2021 et le buzz n’a cessé de croître depuis. Les premiers adeptes ont vu dans les NFT un moyen révolutionnaire d’attribuer la propriété des actifs numériques. C’est un tournant dans la manière dont nous comprenons et utilisons Internet, ainsi qu’une évolution de la signification et de la valeur de l’art numérique. À mesure que les NFT s’imposent, quel potentiel représentent-ils pour la typographie en tant qu’activité commerciale et forme d’art ? Que doit faire la communauté des typographes pour s’assurer que les NFT sont sûrs et bénéfiques pour ce secteur à l’avenir ? Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’un NFT ?

Comprendre les NFT et la blockchain.

Commençons par les bases. Les NFT sont « non fongibles », ce qui signifie que chacun d’entre eux est unique. Vous ne pouvez pas échanger deux NFT l’un contre l’autre et vous retrouver avec une valeur et une substance complètement égales. Les actifs fongibles, comme la monnaie, sont tout le contraire : si vous échangez deux billets de 100 $ l’un contre l’autre, vous vous retrouvez avec la même valeur, peu importe le billet qui se trouve dans votre portefeuille. Le jeton, ou « token » dans NFT (Non-Fungible Token), fait simplement référence à un actif numérique transférable enregistré dans une blockchain. Une blockchain, c’est un type de base de données partagée et décentralisée, qui stocke et vérifie de manière sécurisée toutes les informations qu’elle contient.
Plus simplement, les NFT sont des enregistrements numériques uniques qui indiquent au monde entier ce à quoi le porteur a droit. Les valeurs définies vont des droits sur des objets numériques ou physiques (images, clips sonores, logiciels, baskets…) au droit d’entrer dans un bâtiment spécifique ou de participer à un événement. La plupart des utilisateurs connaissent les NFT dans le contexte de la propriété des images, mais leur potentiel va bien au-delà des images ou même des actifs numériques

L’exploration du potentiel des NFT dans le secteur de la typographie a déjà commencé. Un collectif d’art numérique conceptuel appelé NFTXYZ a donné une valeur symbolique aux aspects artistiques du design de caractères, en vendant des NFT de glyphes individuels. D’autres, comme Font.Community, explorent l’utilisation des NFT comme système de distribution de polices. Ils s’appuient sur les principes fondamentaux de décentralisation et de démocratisation des NFT pour rassembler les créateurs, les utilisateurs, les acheteurs et les spéculateurs de polices sur une marketplace unique.

Le projet Numbers de NFTXYZ.

Ces premières incursions dans les NFT liées à la typographie ne sont qu’un avant-goût de ce qui est possible pour l’ensemble de la communauté. Le project Numbers de NFTXYZ est un exemple simple et direct du type de contenu artistique que les designers et les passionnés de typographie apprécient. Affiches numériques de polices, œuvres d’art abstraites incorporant des lettres, esquisses des processus de création, accès anticipé aux expositions ou aux téléchargements de polices – tous ces matériels promotionnels et auxiliaires peuvent être partagés et enregistrés par les fans via les NFT.

NFT et licences.

Peut-être que le plus grand potentiel des NFT ne réside pas dans leur utilisation en tant que droits sur les œuvres d’art, mais dans leur rôle au sein des processus commerciaux. Étant un outil d’authentification, les NFT pourraient être utilisés comme clés, certifiant à la fois l’authenticité du logiciel de police concerné et le porteur du NFT en tant qu’utilisateur sous licence. À l’avenir, les designers typographiques qui concèdent leurs polices sous licence au moyen d’un processus NFT seraient facilement en mesure d’identifier les violations de leurs droits de propriété intellectuelle.

En parallèle, il existe des considérations importantes et des obstacles potentiels à l’adoption généralisée des NFT et de la DLT (Distributed Ledger Technologies ou technologie de registres distribués) sous-jacente. L’une des questions qui a suscité beaucoup d’attention récemment est l’impact environnemental de la technologie blockchain. Une énorme quantité de puissance de traitement informatique (et donc, d’électricité) est nécessaire pour maintenir la sécurité des blockchains, ce qui amène à une forte empreinte carbone et à des frais de transaction élevés. Les nouveaux fournisseurs de DLT étudient de nouvelles approches pour équilibrer le besoin de sécurité et un impact environnemental plus durable. Nous explorerons certaines de ces réflexions, y compris les frais de transaction ou de « gaz », les mécanismes de consensus, les contrats intelligents et les cryptomonnaies respectueuses de l’environnement, dans un prochain article sur ce sujet.

Quelque chose de fun se prépare.

Monotype a récemment participé à la NFT LA et à la Miami NFT Week, où nous avons échangé avec des investisseurs, designers, artistes et constructeurs de blockchain. Nous sommes heureux de vous annoncer qu’une collaboration avec KnownUnknown se met en place, sur une initiative NFT centrée sur la police de caractères la plus célèbre au monde : Helvetica. Pour ne rien manquer, inscrivez-vous ci-dessous.

Plus d’information sur la collaboration.