Creative Characters S2 E12 : Jason Debiak – Créer une agence de design à partir de rien !

Au début, vous voulez qu’une chose ait l’air vraiment cool. Donc vous concevez la chose la plus cool à laquelle vous pouvez penser. Et puis [votre client] le regarde et se dit : c’est quoi ce truc ? Comment ça va faire vendre ?

Jason Debiak.

Dans Creative Characters, nous rencontrons des personnes créatives qui œuvrent à mi-chemin entre la typographie et la vie courante. Vous pouvez écouter l’épisode ci-dessous ou sur Apple, Spotify, Google Podcasts, et partout où des podcasts de qualité sont disponibles.

Cette semaine, nous accueillons Jason Debiak. Ami de Carl, notre coanimateur de Creative Characters, il est aussi cofondateur de Paper Tiger, une agence de design familiale. Jason dirige l’agence aux côtés de son frère, créant des designs pour des sites Web et des applications mobiles conviviales tout en s’amusant comme un fou. Écoutez Jason raconter son histoire : du monde de la musique indie au lancement d’une agence de design dans un sous-sol, en passant par l’agence digitale complète d’aujourd’hui.

Une vocation pour la création.

Comme beaucoup d’enfants, Jason a commencé à dessiner dès son plus jeune âge. Lorsque ses amis (et sa famille) ont commencé à lui demander de faire des choses pour eux — affiches pour des groupes et autres choses typiques du lycée —, il a réalisé que son passe-temps pouvait être quelque chose de plus. Il se rappelle avoir toujours eu besoin d’être stimulé par les demandes et les incitations des autres.

« Je me souviens que quand j’étais petit, je me retrouvais à gribouiller sur le dos du napperon au restaurant. Et je demandais toujours à ma mère : “Maman, qu’est-ce que je dois dessiner ?” Elle répondait : “Je ne sais pas, ce qui te vient !” Et je lui disais : “Non, non, non, j’ai besoin de savoir !” »

Jason a commencé à essayer diverses formes d’art en fonction des besoins de ses amis, des couvertures d’album aux motifs de t-shirts.

« J’ai vraiment plongé dans ces territoires inconnus. J’ai commencé à explorer comment utiliser [différents outils] et vraiment me pousser à les utiliser de façon créative. Puis, avec le temps, ça ne s’est jamais arrêté. »

En travaillant sur ces projets, Jason a appris à travailler avec différents types de personnalité ainsi qu’avec la création design. Il était loin de se douter que toutes ces leçons constitueraient plus tard les fondements de Paper Tiger.

« Je me souviens que quand j’étais petit, je me retrouvais à gribouiller sur le dos du napperon au restaurant. Et je demandais toujours à ma mère : “Maman, qu’est-ce que je dois dessiner ?” Elle répondait : “Je ne sais pas, ce qui te vient !” Et je lui disais : “Non, non, non, j’ai besoin de savoir !” »

Jason Debiak.

Sauter à pieds joints.

Après le lycée, Jason a migré vers l’industrie musicale avec son frère, Marc. Il a travaillé pour une maison de disques et a parcouru le pays avec le groupe de son autre frère.

« On apprend tellement en rencontrant des gens dans tout le pays et en explorant de nouveaux horizons, mais en même temps, on est presque tout le temps fauché », se souvient Jason. « En faisant cela, et même en travaillant dans le secteur de la musique du côté du marketing pour une maison de disques indépendante, vous n’avez pas grand-chose, vous devez tout faire vous-même. »

Lorsque le groupe a cessé sa tournée (après qu’un arbre soit tombé sur leur van), ils ont décidé qu’il était temps de faire quelque chose de nouveau. En 2008, Marc et lui ont créé une agence dans le but d’aider d’autres entreprises à améliorer leur design. Une fois de plus, le duo s’est lancé dans l’aventure, en s’adaptant en cours de route.

« Avec nos premiers clients, c’était presque comme travailler avec un groupe. Chaque groupe a une marque, un truc qu’il fait et qui doit être commercialisé. Il doit être compris et il faut vraiment capter l’essence de ce qu’il est et de ce qu’il représente. Transposer cela à une entreprise, c’était une transition naturelle pour nous. »

La créativité à travers les contraintes.

Au moment où Jason a réalisé le pouvoir des contraintes, cela a été une sorte d’épiphanie pour lui. Parfois, avoir plus de restrictions peut aider à créer des moments d’innovation et de progrès pendant le processus de conception.

« Je n’ai jamais vraiment su pourquoi j’étais inspiré ou pourquoi c’était quelque chose que j’étais capable de faire. Mais une fois que j’ai commencé à diriger d’autres designers, je me suis rendu compte que leur donner des garde-fous, c’était leur offrir plus de liberté créatrice. »

Une autre leçon a été d’apprendre à faire le travail efficacement tout en maintenant une production de haute qualité. Selon Jason, cela se résume en grande partie à avoir un processus.

« Cela nous aide aussi à rester plus petits. J’adore porter plusieurs chapeaux et je m’attends à ce que notre équipe le fasse aussi. Nous faisons exprès de rester petits. »

Pour en savoir plus sur les idées de Jason à propos de la direction d’une équipe de designers, écoutez le podcast maintenant.

Si vous appréciez ce podcast, vous pouvez vous abonner sur Apple Podcasts ou Spotify.

Guider la prochaine génération. 

Si Jay est toujours un designer dans l’âme, il se tourne aujourd’hui davantage vers le côté stratégique des choses. Aider les jeunes designers à se développer et leur enseigner des compétences est une grande passion.

« Je pense que si j’ai décidé d’être moins impliqué dans la conception, c’est purement et simplement parce que j’aime travailler avec de jeunes designers – créer ce que je pense être une sorte de symphonie de choses étonnantes que nous pouvons orchestrer, sans que ce soit nécessairement moi. »

Listen to the episode.

Enjoying the podcast? Please consider subscribing on Apple Podcasts or Spotify.