Une nouvelle étude révèle que les Français seraient plus sensibles à la typographie que les Britanniques.

Press Release

Une nouvelle étude révèle que les Français seraientplus sensibles à la typographie que les Britanniques.

Press Release

Une nouvelle étude révèle que les Français seraient plus sensibles à la typographie que les Britanniques.

  • Une étude menée par Monotype révèle des différences significatives dans la façon dont les Français et les Britanniques réagissent émotionnellement aux polices de caractères
  • Le choix de la typographiejoue un rôle considérable dans le ressentides gens, augmentant leurs réponsespositives jusqu’à 14%

Paris, 3 avril 2023Monotype, spécialiste des polices de caractères et des technologies associées, publie aujourd’hui une étude approfondie surle pouvoir émotionnel de la typographie sur les consommateurs. La recherche confirme l’hypothèse selon laquelle la typographie influence non seulement la facilité de compréhension d’un message, mais aussi le ressenti émotionnel qu’il provoque. Elle met en lumière également des différences notables ente les cultures puisque les recherches ont révèlé une réponse émotionnelle plus forte devant certaines polices de caractères chez les français que leurs homologues britanniques.

Marie Boulanger, Brand Designer chez Monotype à l’origine de cette étude explique : «Il est bien connu que les marques s’appuient sur la typographie pour véhiculer des valeurs telle la confiance et la fiabilité. Nous souhaitions mettre cette hypothèse à l’épreuve et quantifier la valeur émotionnelle que la typographie peut apporter aux marques et à leur public. »

Monotype s’est associé à l’entreprise de neurosciences appliquées Neurons pour menercette étude au Royaume-Uni et en France avec l’objectif de mieux comprendre comment les polices de caractères déterminent les expériences, les associations et la réponse émotionnelle aux marques et aux messages.

L’étude a confirmé l’hypothèse que la typographie, même en l’absence de couleur, de logo, de tout mouvement ou autre élément traditionnel de l’identité visuelle, joue un rôle crucial dans la transmission d’une émotion telle la confiance, la sincérité et la fiabilité. De surcroît, elle peutamplifier la réaction positive des consommateurs à hauteur de 14 %. Les principales conclusions se résument comme suit :

  • La typographie influe sur la reconnaissance de la marque.
  • La typographie apporte un sentiment de sécurité aux consommateurs.
  • La typographie donne aux marques un avantage concurrentiel.

« Langage, typographie et culture sont intimement liés », indique Marie Boulanger. « Nous étions curieux de voir si les résultats seraient différents selon ces facteurs, et dans quelle mesure. »

En effet, l’étude a montré que les consommateurs interrogés en France ne réagissent pas de la même manière que ceux auRoyaume-Uni et d’une manière générale, la typographie a provoqué des émotions plus fortes chez les consommateurs en France.

Pour Damien Collot, Directeur de la création typographique pour Monotype en France, « les différences entre les résultats obtenus en France et au Royaume-Uni montrent bien à quel point deux cultures, proches géographiquement, peuvent réagir de façon différente à la typographie et aux mots. Il est donc important pour les marques de s’adapter à leurs audiences et incorporer leurs différences culturelles dans la typographie.»

Marie Boulanger a ajouté : « La raison pour laquelle deux nationalités puissent réagir différemment à une même police de caractères peut s’expliquer en partie par la mémoire culturelle. La France a une histoire distincte en matière de design et, de ce fait, une police particulière peut susciter chez les Français une réaction proustienne très différente de celle des Britanniques.Avec un patrimoine et une culture typographique contemporaine aussi riche et dynamique, il n’est pas étonnant d’y trouver une grande sensibilité a la typographie ».

Thomas ZoëgaRamsøy, fondateur et PDG de Neurons, a commenté les résultats : «Lorsque nous adaptons un design à différentes régions, nous devons toujours prendre en compte les associations et les réponses culturelles et linguistiques à ce design, pareil pour la typographie. Mais si l’on tient compte du fait que nous comparons les réponses de pays voisins, les différences entre les résultats sont assez surprenantes et montrent que nous n’avons fait qu’effleurer la relation entre les caractères et les émotions.»

Ces résultats s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche en cours et Monotype étudie la possibilité de transformer ces résultats en outils d’aide à la conception pour les créateurs et les marques. Les recherches futures exploreront également l’impact de la typographie dans différentes écritures et cultures dans des pays tels que la Chine et le Japon.

Extrait :

Différents territoires,différentes culturestypographiques.

Pour le mot ‘Confiance’, on découvre que la bonnepolice peut renforcer des sentiments de confiance(14%), d’honnêteté (5%) et de sincérité (8%) enversle mot. Dans l’étude au Royaume-Uni, ce même motpouvait devenir plus innovant (9%), plus prominent(11%) et plus mémorable (7%).

Pour le mot ‘Qualité’, le marché français a tendance à trouver le mot plus honnête (11%), plus pertinent (8%),plus sincère (8%) et plus digne de confiance (10%),tandis que le marché britannique tend vers un motperçu comme plus innovant (4%), plus prominent (19%)et plus mémorable (15%).

Et pour le mot ‘Innovation’, la France le perçoit commeplus innovant (9%) que le Royaume-Uni, mais voittoutes les autres réactions émotionnelles baisser.

Ceci démontre que les valeurs de qualité et confiance semblent résonner davantage à un niveau émotionnel chez le public français comparé au Royaume-Uni.Le graphique montre que peu importe le choixtypographique, le mot ‘Innovation’ est moins perçucomme honnête que le mot ‘Confiance’, avecune différence atteignant les 21%.

On peut supposer que ces résultats sont liés à desdifférences culturelles autour de la perception decertains mots et certaines valeurs…

Accéder à l’étude complète « Le pouvoir émotionnel de la typographie » : https://www.monotype.com/neurons.

Marie Boulanger présentera Neurons lors des prochains Paris Brand Talks, qui se tiendront le 20 avril. Pour plus d’informations et inscriptions, cliquez ici.

Méthode :

Trois polices de caractères contrastées et pas utilisé actuellement par de grandes marques ont été mis à l’épreuve : FS Jack, une police humaniste sans ; Gilroy, une police géométrique sans et Cotford, une police serif.

Toutes les données contenues dans ce rapport ont été recueillies par Neurons et Monotype dans le cadre d’une enquête portant sur l’impact émotionnel de la typographie. L’étude française a été réalisée en ligne en octobre 2022 auprès de 150 participants, âgés de 18 à 50 ans et résidant en France, avec une répartition égale des sexes. L’étude britannique a été réalisée en ligne en novembre 2021 auprès de 400 participants, âgés de 18 à 50 ans et résidant au Royaume-Uni, avec une répartition égale des sexes.

À propos de Monotype

Monotype crée des marques qui comptent grâce à la typographie, à la technologie et à l’expertise. L’entreprise s’associe à des fonderies de premier plan pour offrir le plus vaste inventaire de polices de haute qualité au monde.

De plus amples renseignements sont disponibles en parcourant le site www.monotype.com.

Suivez Monotype sur Twitter, Instagram et LinkedIn.

Monotype est une marque de Monotype Imaging Inc. déposée au Bureau des brevets et des marques de commerce des États-Unis et peut être déposée dans certaines autres juridictions. Toutes les autres marques sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

©2022 Monotype Imaging Holdings Inc. Tous droits réservés.

Contacts

Monotype France :

Harry Green
ThoughtLDR
Tél : +33 (0)6 6070 3821
Email : [email protected] 

Monotype Global :

Charlotte Simcock
Relations publiques, Monotype
Email : [email protected]