Dubai Font : une police de caractères d’avenir pour une ville et ses habitants

Le Conseil exécutif de Dubaï s’est associé à Microsoft et Monotype pour créer une famille de polices qui reflète la nature énergique et dynamique de Dubaï. Plus qu’une police de caractères gouvernementale, cette famille typographique - qui a été librement diffusée pour un usage public et est disponible dans Microsoft Office 365 - a été conçue pour être une voix harmonieuse à la fois dans les écritures latine et arabe.

Si plusieurs villes ont investi dans leurs propres polices de caractères sur mesure, ce qui distingue Dubai Font est son partenariat avec Microsoft et sa distribution gratuite pour l’usage public et gouvernemental. Alors que de nombreuses typographies urbaines ont pour cœur le tourisme ou une fonction utilitaire, Dubai Font va au-delà. Elle devient également une voix typographique pour la population qu’elle représente. 

Pour Nadine Chahine, alors directrice typographe chez Monotype, le projet s’est également inscrit dans une perspective personnelle. Elle a vécu et enseigné à Dubaï, s’y rend régulièrement depuis 2005 et a été témoin de la croissance et du développement de la ville. La création d’une famille de polices sur mesure a été l’occasion d’exprimer une partie de la personnalité et de l’héritage de la ville, ainsi que de designer ses deux composantes - les caractères latins et arabes - main dans la main. Le plus souvent, les deux alphabets sont développés séparément, ce qui a donné à Dubai Font l’honneur d’être la première police de caractères intégrée dans Microsoft Office dont les alphabets latin et arabe ont été créés en même temps.

L’harmonie entre le latin et l’arabe était essentielle au design, et reflétait l’harmonie avec laquelle tant de nationalités différentes à Dubaï en sont venues à vivre ensemble.

Pour gérer ce processus, il a fallu des vérifications régulières avec les designers de l’équipe, échangeant des fichiers afin de s’assurer que les différents scénarios fonctionnaient ensemble. Donc travailler en harmonie pour développer le design global. De subtiles modifications du design ont été exigées afin de créer une compatibilité entre les deux écritures sans sacrifier l’authenticité de l’une ou l’autre. Par chance, certaines caractéristiques de l’arabe peuvent être joliment assorties à certains styles du design latin.

« En arabe, nous avons beaucoup de courbes peu profondes avec des changements de direction soudains. Ce type de caractéristiques était essentiel au design », explique Chahine. « Nous devions également garder une référence au mouvement du stylo, mais subtile, car c’est une police sans serif, donc peu calligraphique. »

La police de caractères devait faire référence à l’héritage arabe sans être trop traditionnelle, afin d’incarner la philosophie de Dubaï tournée vers l’avenir. Il était également essentiel qu’elle ne soit pas trop ornementale, afin qu’elle puisse fonctionner « comme une bonne bête de travail », comme le caractérise Chahine. « Il s’agit d’avoir un pied dans le passé et un pied dans le futur. On construit sur ce que l’on a, mais on regarde aussi vers l’avenir. »

« Il y a une certaine sérénité dans son design, tant en latin qu’en arabe. Il fallait cette tranquillité », ajoute-t-elle. 

Son ton modéré lui confère d’ailleurs une grande adaptabilité. Elle est capable de fonctionner dans le large éventail d’utilisations qu’elle aura potentiellement à terme - tant entre les mains du Conseil exécutif que du public. Chahine espère en particulier que la police de caractères trouvera un rôle dans le monde de l’éducation, sa nature calme offrant un passage potentiellement persuasif et accueillant vers l’apprentissage. 

Bien au-delà, Chahine voit la Dubai Font comme une réalisation vers un objectif culturel plus élevé, tourné à destination du nombre décroissant de personnes qui lisent et utilisent l’arabe. 

« Cela montre que l’arabe peut être contemporain », explique-t-elle. « Les gens le considèrent parfois comme démodé et dépassé, et si nous avons des polices de caractères qui montrent que la langue peut être représentée de manière moderne, alors cela pourrait être une façon d’inviter les gens à lire à nouveau en arabe. »

« C’est un excellent exemple de ce qu’une ville arabe contemporaine peut faire en matière de communication autour de l’arabe », ajoute-t-elle. « Cela invite à voir ce que l’arabe moderne peut être pour les gens, et montre l’étendue des champs d’actions pour la typographie et la culture. »

Pour promouvoir le lancement de Dubai Font, la municipalité a installé des lettres monumentales, tirées de la police de caractères, dans toute la ville - encourageant les gens à s’arrêter, prendre des photos et entrer en interaction avec la typographie d’une manière complètement différente. La population de Dubaï a adhéré à la police de caractères avec enthousiasme, les marques et les entreprises s’empressant d’être les premières à adopter la police officielle de la ville - lui prêtant aussi un air de patriotisme.

Voir la police adoptée par le public, et pas seulement par les graphistes, c'est ce que je préfère dans tout ça.

Nadine Chahine.

La police de caractères Dubai Font reflète une évolution réelle dans la perception de la typographie et dans l’appréciation des possibilités qu’elle offre, tant du point de vue culturel que de celui de la communication.

« C’est formidable de voir le gouvernement soutenir la typographie et le rôle de l’innovation typographique », ajoute Chahine. « Voir la typographie comme un élément de communication et d’expression, et la voir adoptée par le public, et pas seulement par les graphistes, c’est ce que préfère dans tout ça. »

« C’est super de voir la typographie devenir le sujet de conversation principal de personnes ordinaires. »