Une police, 93 langues : le défi d’une création pour Sony.

Il y a beaucoup d’avantages à avoir créé SST, mais le plus considérable est qu’à présent, une superbe police existe pour couvrir à elle seule une expérience utilisateur cohérente à travers le monde entier et sur n’importe quel appareil.

Le directeur typographe Akira Kobayashi a étroitement collaboré avec le directeur artistique en chef de Sony, Hiroshige Fukuhara, pour créer une police originale couvrant une centaine de langues environ, diverses interactions client et des décennies d’utilisation.

Sony s’est rapproché de Monotype avec une vision audacieuse et sans complexe pour un design de police originale qui serait opérationnelle sur ses produits, dans les magasins, en ligne et essentiellement dans chacun de ses points de contact client à travers le monde - des clients qui communiquent dans 93 langues, rien de moins. Après avoir obtenu une connaissance parfaite de la liste de souhaits de Sony pour sa police SST®, le directeur typographe de Monotype Akira Kobayashi admet ressentir « le poids de la responsabilité d’un projet qui allait contribuer à construire l’image de marque de Sony… Aujourd’hui, ça me fait sourire quand je me rappelle combien ce projet complexe semblait intimidant. »

Dans son blog, la société multinationale assure qu’elle était persuadée que Monotype était à la hauteur de la tâche, grâce à sa compréhension de l’histoire typographique et de ses idéaux, à sa propre ancienneté au sein de cette histoire, grâce à son expertise dans le développement multilingue et bien sûr à son solide soutien qui allait du design typographique à l’optimisation de l’affichage. « Les polices sont des éléments clés du design, elles façonnent notre idée du produit et l’expérience de l’utilisateur en soi, » affirme Sony.

Le défi

Le directeur artistique en chef de Sony, Hiroshige Fukuhara, explique : « Mon inspiration initiale avait été de créer une police authentique, une chose qui me passionnait. Tous les membres du projet partageaient mon égard pour l’authenticité. Nous étions à la recherche d’une police originale, fondée sur de solides traditions typographiques. Nous espérions qu’elle résisterait à des dizaines d’années à venir. Et le développement multilingue était prévu depuis le début.

Les polices sont des éléments clé du design, elles façonnent notre idée du produit et l’expérience de l’utilisateur en soi.

Se servant des polices Frutiger® et Helvetica® comme points de départ, la police SST® de Sony est une sorte d’hybride issue de ses deux polices, elle associe la lisibilité naturelle de Frutiger à la géométrie pointue de Helvetica. Avant tout, cette police spécialement créée pour Sony devait être facile à utiliser et permettre de profiter du contenu de la marque dans le monde entier. Parmi les autres exigences, il fallait que la police soit lisible même en petite taille, discrète, solide, aiguisée, technique, pure, indémodable et polyvalente - fonctionnant aussi bien sur un smartphone que sur un panneau d’affichage. Elle ne pouvait pas non plus être trop différente de Helvetica, la police auparavant utilisée par Sony en de maintes occasions.

SST comparison

La police de caractères SST de Sony marie la lisibilité organique de Frutiger et la géométrie pointue de l’Helvetica.

« Nous avons compris que la police devait rester en retrait et ne pas trop en faire » raconte Kobayashi. « De manière idéale, elle rassemblerait une palette d’éléments - des qualités dures et tendres, un sens d’identification du produit, des proportions naturelles, etc. Pour cette raison, il s’agit d’un compliment de dire qu’aucun trait ne sort de l’ordinaire, si nous comparons les fonctionnalités des caractères individuels à celles d’autres polices. Peu de personnes dans un magasin seraient probablement en mesure de se rendre compte que la police sur les emballages de Sony est différente. À cet égard, je pense que nous avons adopté une approche très naturelle pour nous assurer que la police allait correspondre à l’image des produits Sony. »

La solution

Le même souci du détail apporté par Sony au développement de ses produits a été appliqué à la mise au point des polices SST. L’épaisseur des lettres est conçue pour paraître constante, même si elle ne l’est pas, jouant sur les illusions d’optique qui influencent la manière dont les caractères apparaissent. Les lignes verticales et horizontales sont d’une épaisseur assez identique, et un grand espace est donné aux ouvertures et aux contre-formes pour maximiser la lisibilité même à des tailles plus petites. Tous les caractères sont de taille égale de sorte qu’un C soit seulement 1,2 fois plus grand qu’un S, par exemple.

Pour unifier une police qui ne prendrait pas seulement en charge l’anglais et le japonais mais aussi le grec, le thaï et l’arabe - 93 langues en tout - Monotype s’est appuyé sur les talents de son réseau local de designers, qui comptaient sur Kobayashi pour obtenir des instructions concernant des détails comme le rayon de courbure ou l’épaisseur de ligne. Littéralement, les idéaux de Sony en matière de police de caractères ont été traduits dans beaucoup de langues. Il s’est révélé particulièrement éprouvant d’unifier une police incluant le langage asiatique ; SST est le premier projet au monde dans le secteur de Sony à y parvenir. Et pourtant, au bout du compte, la police disponible pour un total impressionnant de 93 langues fut créée.

Il y a beaucoup d’avantages à avoir créé SST, mais le plus considérable est qu’à présent, une superbe police existe pour couvrir à elle seule une expérience utilisateur cohérente à travers le monde entier et sur n’importe quel appareil.

La police SST a déjà été présentée sur le site Web de Sony, sur l’emballage des produits et dans les manuels d’utilisateur. Elle sera bientôt établie en tant que police d’entreprise de Sony et utilisée sur une multitude de produits Sony.

L’équipe Studio.

Akira Kobayashi.

Akira Kobayashi

Akira Kobayashi, directeur typographe, possède trois décennies d’expérience et une connaissance approfondie de la typographie japonaise, ainsi qu’une compréhension approfondie de la calligraphie. Après quatre ans d’études à l’université d’art de Musashino à Tokyo, Akira Kobayashi a commencé par travailler dans l’entreprise de composition photo Sha-Ken Co. où il s’est consacré au processus long et compliqué du design de caractères japonais.